• La 2012e année du calendrier solaire

    Bonne année, Bonne année, Bonne année, Bonne année, Bonne santé, mais savez vous quelle année on vous souhaite ? Petite histoire résumée du calendrier solaire…

    L’objectif du calendrier solaire est de suivre l’année tropique : la période qui sépare deux saisons identiques consécutives. C’est le début du printemps qui fut d’abord choisi pour repère de la nouvelle année chez les romains.
    Le “calendrier de Romulus” commençait par le mois de Mars, dieu préféré des romains.
    Ce calendrier comportait 355 jours découpés en 12 mois dont les noms nous rappellent quelque chose :Martius (31 jours), Aprilis (29 jours), Maius (31), Junius (29), Quintilis (31), Sextilis (29), September (29), October (31), November (29), December (29), Januarius 29) et Februarius (28). De Quintilis à December les noms viennent de l’ordre du mois dans l’année : Quintilis de “quinte”, cinq ; jusqu’à December : de “dece”, dix.
    Mais ce calendrier ne comportant que 355 jours au lieu des 365,2422 jours de l’année tropique, il finit par dériver si bien qu’à l’époque de Jules César on en arrivait à fêter les moissons en hiver !
    Il décida donc de mettre fin à cette anarchie.

    Comment mettre de l’ordre tout en se servant au passage 😉

    Jules César prit conseil auprès d’un astronome d’Alexandrie nommé Sosigène qui trouva la solution des années de 365 jours en y rajoutant 1 jour supplémentaire tous les 4 ans. (Année bissextile qui vient de “Bissexto Calendas Martius” : 6° jour doublé avant les calendes de mars)
    Au passage Jules César profita de sa réforme pour “s’approprier” un mois : il débaptisa Quintilius qui prit le nom de Julius qui devint plus tard juillet !
    Mal compris, ce calendrier fut appliqué imparfaitement : les années bissextiles étaient pratiquées tous les 3 ans. Si bien qu’en son temps, l’empereur Auguste dut supprimer les années bissextiles pendant 16 ans. Tant qu’à faire, il en profita lui aussi pour transformer le nom de Sextilis en Augustus (d’où août). Pour ne pas apparaître inférieur à Jules César, Auguste “emprunta” un jour à févrierpour le rajouter à Augustus. Voici pourquoi février est si court et se suivent deux mois de 31 jours, juillet et août.

    De la naissance de Rome à celle de Jésus

    Jusqu’en 532 après Jésus Christ les dates étaient comptées à partir de la fondation de Rome. En 532, l’église adopta la proposition d’un moine Scythe nommé Denys le Petit de rattacher le début du calendrier à la naissance de Jésus qu’il situa le 25 décembre de l’an 753 de la fondation de Rome.
    Cette décision fut appliquée en France sous Pépin le Bref au VIII siècle. C’est à partir de l’an 1000 que les documents officiels en font état.

    En 1582 le calendrier grégorien

    Dix siècles plus tard, le calendrier julien est lui aussi en décalage. Il suppose une année tropique de 365,25 joursalors qu’elle en a 364,24219878 ! Ce petit décalage “insignifiant” fait retarder le calendrier julien de 3 jours sur 4 siècles. Si bien qu’en 1582, la date de l’équinoxe de printemps tombait au 11 mars, soit une avance de 10 jours sur la date astronomique fixée au 21 mars par le concile de Nicée.
    Le pape Grégoire XIII a donc été chargé de mener la réforme du calendrier qui trouva sa forme actuelle en enlevant les 3 jours de trop tous les 400 ans qui faisaient dériver le calendrier julien.
    Les années multiples de 4 sont bissextiles ; les années multiples de 100 ne le sont pas ; et les années multiples de 400 sont bissextiles

    Et un…dernier(?) recalage

    Il fallut donc repartir du bon pied. Ainsi ce jeudi 4 octobre fut suivi du vendredi 15 octobre pour l’église romaine. Mais chaque pays adapta cette réforme selon sa relation avec la papauté. Si en France on suivit en décembre 1582, l’Angleterre et la Suède ne l’adoptèrent qu’en 1752, et la Chine en 1928. Si bien que la révolution russe d’octobre 1917 a eu lieu en novembre !
    Imaginez le travail de l’historien faisant des recherches à partir des documents écrits dans cette période !
    D’ailleurs les chrétiens orthodoxes utilisent toujours le calendrier julien pour déterminer les dates de leurs fêtes religieuses.